• Camille Houssais

INFERTILITÉ & ALIMENTATION

Cet article d'OSTEOmag revient sur les conclusions d'une nouvelle étude menée par Pearce, K.L & Tremellen, K. (2019) The Effect of Macronutrients on Reproductive Hormones in Overweight and Obese Men: A Pilot Study. Nutrients, 11(12) : 1-15.

L'équipe de Pearce et Tremellen ont étudié l’effet d’une alimentation riche en graisse sur la fertilité masculine et voici les conclusions qu'ils en tirent :


"L’hypofertilité/infertilité touche environ 15% des couples, et cette proportion pourrait atteindre 25% dans les années à venir dans les pays développés d’après des récentes projections de l’OMS. Sur ces 15% des couples, 20 à 30 % des situations sont dû à monsieur (soit 3 à 4,5% des hypofertilités/infertilités)"

=> Et oui ! L'infertilité n'est pas "qu'une histoire de bonne femme" ... (Propos tenu par certains gynécologues et rapportés plusieurs fois par mes patientes...) "Cette étude a pour objectif de tester l’hypothèse suivante : le rapport HDL/LDL a un impact sur la sécrétion de testostérone et in fine sur la fertilité masculine.

L’étude a testé en tout 8 régimes alimentaires différents (L’étude en nomme 9 mais seul 8 sont présentes dans les tableaux) :   - Riche en graisse poly-insaturée, - Riche en graisse monoinsaturée,

- Riche en sucre raffiné, - Protéiné, - Blanc d’œufs - Riche en graisse poly-insaturée et sucre raffiné, - Riche en graisse poly-insaturée et blanc d’œuf, - Riche en sucre raffiné et blanc d’œuf. Les 9 patients (hommes, 18 à 50 ans, obèse ou en surpoids) subissent ainsi des prélèvements sanguins avant l’ingestion puis toutes les heures après pendant 5 heures.

Il en ressort qu’une alimentation de type fast food, diminue la concentration plasmatique en testostérone de 25% dans l’heure suivant l’ingestion et retrouve son niveau basal dans les 4 heures. À l’inverse, l’ingestion d’albumine augmente la concentration plasmatique en testostérone, avec un retour à la normal dans les 4 heures.

Il semble que l’ingestion d’albumine puisse contrebalancer partiellement l’ingestion de ces graisses sur la concentration en testostérone. Notons toutefois qu’il s’agit d’une étude pilote sur 9 patients. Il n’est pas possible d’extrapoler à la population entière. Néanmoins, le fait que certains régimes alimentaires impactent le taux de testostérone sur quelques heures post-prandiale chez le patient masculin obèse peut a minima aider à conseiller sur ce type de régime alimentaire lorsque l’on essaye de concevoir. Dans tous les cas, conseiller un rééquilibrage alimentaire doit être envisager comme une mesure à part entière dans le cadre d’une consultation concernant la fertilité...." Alors n'hésitez pas à prendre rdv chez un/e diététicien/ne !


Source : https://www.osteomag.fr/actus/infosavoir/le-gras-assassin-de-la-fertilite/